KOLAKOVIC prolonge au SRVHB !

| Actualités du SRVHB

Arrivé au SRVHB en provenance de Slovan (Ljubljana) en 2014, Aleksa Kolakovic prolonge à nos côtés.

D’abord au Pôle Espoir, puis au centre de formation, ensuite stagiaire professionnel et pour finir professionnel, Aleksa a su faire preuve d’une acclimatation exceptionnelle. Celui qui avoue avoir perfectionné son accent français en écoutant en boucle Stromae à son arrivée, parle aujourd’hui un français plus que parfait :

« Je suis très content et fier de poursuivre l’aventure avec mon club formateur. Saint-Raphaël est le club qui m’a donné l’opportunité de m’exprimer au plus haut niveau du handball mondial, et je remercie énormément le club pour la confiance qu’il m’a accordée depuis mes premières minutes ici. Mon objectif est de continuer à grandir ici aussi bien sportivement qu’humainement et de conquérir un titre avec le club. Cela serait à la fois mon premier titre et le premier titre du club, il aurait donc une valeur encore plus forte ! »

Auteur d’un très bon début de saison au côté de Daniel Sarmiento au poste de demi-centre, Aleksa a su trouver sa place au sein d’un effectif qu’il connait bien et avec lequel il a grandi au cours des précédentes saisons.  Ses prestations de qualité en font un joueur important de l’effectif comme le valide le directeur Emeric Paillasson :

« Nous sommes très heureux de continuer l’aventure avec Aleksa. C’est un joueur qui a su faire bonifier la confiance qui a été placée en lui. Il signe aujourd’hui son second contrat professionnel, c’est le plus difficile à signer car c’est celui qui montre que le jeune joueur a éclos et qu’il est armé pour faire sa carrière professionnelle. Aleksa en a la trempe, il était donc évident pour nous qu’il fallait le prolonger. »

Sur un poste ou il est compliqué de trouver la perle rare le Saint-Raphaël Var Handball est heureux de conserver Aleksa, un Joueur made in SRVHB. Son style de jeu et son attitude sur le terrain entrent en parfaite adéquation avec les valeurs du club. Nul doute que le Palais des sports n’a pas fini de frissonner à ses côtés.